Si vous exercez comme carreleur ou solier moquettiste en micro-entreprise, vous devez être bien conscients des risques auxquels vous êtes exposés au quotidien.

Vous devez aussi vous renseigner sur les assurances à souscrire pour protéger votre activité. Tour d’horizon des assurances indispensables pour les micro-entrepreneurs du BTP !

 

Les métiers de carreleur et solier moquettiste

Vous faites partie des intervenants du second œuvre. Vous vous positionnez comme spécialiste de l’aménagement et de la finition des bâtiments. Votre mission est de revêtir les sols, les murs et les façades selon les demandes des clients. C’est vous qui vous chargez des finitions et des décorations. Vous devez donc avoir une très bonne maîtrise des différents éléments à poser. Vous devez disposer de solides connaissances techniques, esthétiques et économiques.

Parmi les revêtements que vous êtes amenés à poser dans le cadre de votre métier, il y a les revêtements souples comme la moquette, le vinyle, et le liège, mais aussi les revêtements rigides comme le carrelage, le marbre, et le parquet. Bien plus qu’un simple exécutant du second œuvre, vous êtes un professionnel du BTP dont les compétences et l’expertise sont très recherchées dans la construction et la rénovation. Pour réussir en tant que carreleur et solier moquettiste, vous devez faire preuve d’un sens esthétique pointu, et d’une bonne habileté manuelle.

Le métier est accessible avec un CAP carreleur-mosaïste et solier-moquettiste ou un BAC Pro Aménagement et Finitions. Ceux qui souhaitent se lancer à leur propre compte, c’est-à-dire comme micro-entrepreneur, il faut nécessairement faire une déclaration à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. Il faut aussi respecter les étapes de création d’une auto-entreprise dans le secteur du bâtiment, et respecter les obligations comptables, et les obligations d’assurances professionnelles comme tout autre professionnel du BTP.

Les risques liés à votre métier de carreleur et solier-moquettiste

Si vous exercez comme carreleur, noter que dès le moment où vous scellez le carrelage, vous devenez responsable des dommages que cet élément indissociable de la structure du bâtiment peut causer. De même, vous êtes responsable des dommages causés par des défauts de réalisation et de pose. À titre d’exemple, si vous posez du carrelage sur le mur d’une salle de bain, et qu’en raison d’une pose mal faite, des problèmes d’étanchéité surviennent, vous aurez à réparer vous-même les dommages causés.

Même si vous êtes extrêmement vigilant et minutieux, il peut arriver que vous commettiez une erreur, et lorsque cela arrive, les conséquences financières peuvent être importantes. Comme tout autre professionnel du bâtiment, vous devez bien souvent travailler dans des positions inconfortables, et ceci, pendant plusieurs heures. Quel que soit le type de chantier dans lequel vous travaillez, vous devez vous assurer de respecter les règles de sécurité en ce qui concerne la poussière et les découpes pour éviter les risques de dommages.

Devez-vous obligatoirement souscrire une assurance décennale ?

En France, tous les professionnels du secteur du bâtiment et de la construction sont concernés par l’obligation d’assurance décennale. En effet, comme le précise la loi Spinetta, toute personne qui exerce dans le BTP est susceptible de causer des dommages importants au bâtiment, d’où la raison pour laquelle il est obligatoire de souscrire une assurance décennale. Concrètement, cette garantie couvre les dommages pouvant rendre l’ouvrage inhabitable ou impropre à sa destination pendant 10 ans à compter de la livraison de l’ouvrage.

Attention, car cela vous concerne seulement si vous êtes aussi carreleur, car le carrelage scellé est un élément indissociable d’un ouvrage. Si vous vous chargez seulement de la pose d’éléments dissociables d’un bâtiment (sols souples à coller), vous devez seulement souscrire la garantie biennale. À noter également qu’aujourd’hui, les professionnels doivent connaître les nouvelles technologies comme le plancher chauffant et l’isolation sous plancher. Pour ces travaux, la souscription d’une assurance décennale est obligatoire.

Pour la pose de revêtements de sol utilisant les techniques de scellement, plusieurs dommages sont concernés par la garantie décennale. Parmi ces dommages, il y a les défauts sur le revêtement scellé, et les infiltrations et dégâts des eaux engendrés par la mauvaise mise en œuvre d’un revêtement scellé. Il est d’ailleurs utile de rappeler que les problèmes de nature esthétique ne sont pas concernés par la décennale.

Si les travaux que vous réalisez sont concernés par la garantie décennale, noter que vous devrez souscrit à cette assurance avant l’ouverture du chantier, c’est-à-dire avant le démarrage des travaux. Vous êtes d’ailleurs tenus de remettre votre attestation décennale au maître d’ouvrage avant de commencer la pose de revêtements.

Quelles autres assurances devez-vous souscrire ?

L’assurance de responsabilité civile professionnelle

En tant que professionnel du bâtiment, vous avez l’obligation de souscrire une assurance RC Pro. Une assurance qui est obligatoire pour tous les métiers réglementés. Cette assurance interviendra pour couvrir votre responsabilité en cas de dommages corporels, matériels, et immatériels causés à des tiers dans le cadre de votre activité.

L’assurance de protection juridique

Une autre assurance professionnelle qui peut vous être utile et l’assurance de protection juridique. En effet, cette assurance est essentielle pour vous accompagner et vous permettre de régler les litiges avec les tiers. De manière générale, cette assurance permet de couvrir les honoraires des experts et des avocats, et vous permet d’être accompagné lors des procédures judiciaires.

L’assurance du véhicule

Dans le cadre de vos activités professionnelles, il est probable que vous soyez amené à utiliser un véhicule pour vous rendre sur les chantiers pour transporter vos matériels. Quel que soit le type de véhicule que vous utilisez, il est de votre devoir d’en informer votre assureur pour qu’il puisse adapter votre contrat d’assurance auto à vos activités professionnelles. Il est d’ailleurs utile de rappeler que l’assurance auto est une assurance obligatoire en France, et que le minimum à souscrire et l’assurance auto au tiers. Dans votre cas, il est aussi nécessaire de couvrir vos matériels transportés.

En conclusion

Afin de trouver la meilleure formule d’assurance pour votre métier de carreleur et de solier moquettiste, faites des demandes de devis directement en ligne en utilisant notre comparateur d’assurance. De cette manière, vous arriverez à comparer les garanties professionnelles à votre aise, et vous pourrez prendre votre temps pour bien choisir vos contrats d’assurance. Soyez particulièrement attentif aux exclusions de garantie, aux conditions d’indemnisation, et au délai de carence.

Les assurances par métiers