Vous êtes un particulier souhaitant vous lancer dans l’entrepreneuriat ? Vous êtes chômeur et ne disposez pas de capacité de remboursement pour pouvoir obtenir un prêt auprès d’une banque? Il existe une solution, vous pouvez peut-être accéder au microcrédit pour lancer votre projet !

Les micro-entrepreneurs ont bien souvent besoin d’un apport financier pour lancer leur activité. Dans l’éventualité où ils ne remplissent pas les conditions pour accéder au crédit bancaire traditionnel ou aux différentes aides à la création d’entreprise, plusieurs options s’offrent à eux, dont le microcrédit professionnel. Le microcrédit peut également soulager les micro-entrepreneurs lorsque les aides accordées pour la création d’activité ne suffisent pas.

Le principe du micro-crédit professionnel

Le microcrédit professionnel est un emprunt que font les personnes ayant peu de ressources et voulant lancer un projet professionnel qui requiert un financement. Le microcrédit a aussi pour vocation d’aider le micro-entrepreneur à financer du matériel, des matières premières et du stock. D’autre part, il peut être accordé comme une avance sur trésorerie dans l’attente d’une amélioration du chiffre d’affaire.

Le microcrédit professionnel ne doit pas être confondu avec le microcrédit personnel. Le premier est donné dans une optique de création ou de développement d’une micro-entreprise, alors que le second a pour mission d’aider à financer l’acquisition de biens ou services personnels.

Tous les micro-entrepreneurs sont éligibles au microcrédit professionnel, peu importe la nature de l’activité qu’ils exercent ou qu’ils comptent exercer. Néanmoins, le prêt est sujet à certaines conditions et les établissements de crédit vont vérifier que ces conditions sont bien respectées avant d’octroyer le prêt :

  • La micro-entreprise doit être en cours de création ou exister depuis moins de 5 ans (en cas de reprise d’activité);
  • Le micro-entrepreneur doit pouvoir démontrer qu’il n’a pu obtenir de prêt bancaire dans le circuit traditionnel;
  • La demande de prêt doit être de moins de 10000 euros;
  • L’auto-entrepreneur doit trouver une personne pour se porter garant pour au moins la moitié de la somme empruntée.

Il n’y a pas de conditions spécifiques rattachées au taux d’intérêt appliqué et à la durée maximum pour le remboursement. Cependant, les organismes de prêt appliquent couramment les règles suivantes :

  • Un taux d’intérêt généralement inclus entre 5% et 10%
  • Une durée de remboursement d’un maximum de 4 ans en général, sauf si l’organisme accorde un remboursement différé.

Les institutions habilitées à accorder le microcrédit professionnel

L’auto-entrepreneur doit faire une demande de microcrédit professionnel auprès d’un organisme qualifié à accorder ce type de prêt. Ce sont, notamment, les organismes suivants :

  • L’Association pour le Droit à l’Initiative Économique (ADIE) : c’est l’institution principale vers qui se tourner pour obtenir un microcrédit professionnel en France
  • Les réseaux bancaires agréés : certaines banques sont habilitées par le fonds de cohésion sociale pour l’octroi de microcrédits aux auto-entrepreneurs
  • Les réseaux accompagnants : certaines associations ont aussi reçu l’habilitation par les pouvoirs publics de fournir des prêts microcrédits, par exemples France Active et Initiative France.

Vous pouvez vous adresser aux chambres de commerce et aux chambres des métiers pour connaître les organismes habilités dans l’octroi du microcrédit professionnel.

Les autres formes de crédit pour les auto-entrepreneurs

Bien que le microcrédit soit le principal moyen de financement accessible aux micro-entrepreneurs, il existe d’autres dispositifs d’aide pour le financement des micro-entreprises.

Les prêts d’honneur

Il s’agit d’un prêt qui ne s’accompagne ni d’intérêt, ni de garantie, que l’auto-entrepreneur s’engage, “sur l’honneur”, à rembourser. Son montant ne peut dépasser 3000 euros. Ce prêt intervient en complément d’une aide, et ne peut être sollicité et accordé que si le micro-entrepreneur bénéficie déjà d’un autre prêt.

Le prêt d’honneur peut donc être octroyé en complément du microcrédit professionnel ou d’un prêt bancaire classique. Tout comme le microcrédit professionnel, cette aide est accordée à l’auto-entrepreneur qui vise à créer ou  développer une activité mais qui ne dispose pas de ressources financières suffisantes pour cela.

Les prêts solidaires

D’autre part, il est également possible de se tourner vers l’internet pour accéder au microcrédit professionnel. En effet, depuis 2010, les particuliers peuvent faire un don par internet en faveur de projets de microcrédit, en passant par des plateformes en ligne spécialisées dans le financement de prêts solidaires.

Ainsi, le micro-entrepreneur présente son projet et sa demande sur ces plateformes et indique ce qu’il accordera en échange à ses donateurs ou à ses investisseurs. La contrepartie peut être symbolique ou, dans certains cas, importante.

Les prêts solidaires se font sous trois formes :

  • Le crowdfunding ou financement participatif, moyen par lequel le micro-entrepreneur reçoit des fonds en échange de cadeaux ou d’échantillons, par exemples;
  • Le microcrédit solidaire, qui impose au micro-entrepreneur de rembourser le prêt et de s’acquitter des intérêts;
  • L’investissement entrepreneurial, accessible uniquement aux sociétés et qui consiste en l’acquisition de parts au capital de l’entreprise.

Continuez votre visite