Avant de se lancer dans la micro-entreprise, il est essentiel de bien se renseigner sur les différents frais qui y sont liés. Nous vous aidons à comprendre le coût de création d’une micro-entreprise, que ce soit avant la création, pendant ou après le lancement.

La différence entre micro-entreprise et auto-entrepreneur

Depuis la loi Pinel et donc depuis le 1er janvier 2016, la micro-entreprise et l’auto-entrepreneur ont fusionné. Avant cette date, il existait une différence entre les deux. L’auto-entrepreneur devait obligatoirement être immatriculé en micro-entreprise. Ce régime était plus avantageux que le régime de l’entreprise individuel et de l’entrepreneur individuel en micro-entreprise.

Or, depuis 2016, l’entrepreneur individuel est tenu de s’immatriculer en entreprise individuelle et s’il remplit les conditions de seuil de CA annuel, il peut opter pour la micro-entreprise. À savoir qu’en micro-entreprise, les entrepreneurs sont des micro-entrepreneurs. Ils peuvent donc bénéficier du régime micro-fiscal et du régime micro-social simplifiés. En d’autres termes, l’auto-entrepreneur immatriculé avant cette date est devenu un micro-entrepreneur. Seul le nom change.

Les dépenses à anticiper avant de créer une micro-entreprise

Avant la création de votre micro-entreprise, vous aurez quelques dépenses à faire. Il vous faudra faire appel à des experts, comme un avocat et un expert-comptable, pour la rédaction de vos conditions générales de vente et d’un contrat-type et pour une estimation des frais à venir.

Vous aurez également à travailler sur les différents supports de communication pour vous faire connaitre dès le lancement de votre micro-entreprise. Par exemple, les cartes de visite, les flyers, la création de votre site web, etc.

Les dépenses à anticiper lors de la création de la micro-entreprise

La création de la micro-entreprise implique des dépenses avant, pendant la création et après le lancement. Lors de la création de votre micro-entreprise, vous aurez à prévoir les frais suivants :

  • L’immatriculation obligatoire auprès de la CCI pour les activités commerciales ou auprès de la CMA pour les activités artisanales est généralement gratuite. Mais pour bénéficier d’un service d’assistance pour réaliser cette formalité, il faudra compter entre 60 et 90 euros.
  • La souscription d’une assurance responsabilité civile professionnelle si vous exercez une profession règlementée : médecin, infirmier, avocat, juriste, notaire, huissier de justice, expert-comptable, agent immobilier, agent d’assurance, agent de voyage, à partir de 150 euros par an. Ou une assurance responsabilité civile décennale si vous êtes un professionnel du bâtiment, à partir de 600 euros par an.
  • Le stage préalable à l’installation (SPI) dispensé par les chambres de métiers qui coûte environ 250 euros. Avec la loi Pacte (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises), ce stage pourrait bien disparaître.

 

Les frais suite au lancement de la micro-entreprise et durant son existence

Au lancement de votre micro-entreprise et durant toute son existence, vous aurez divers frais à régler, dont :

Les frais de fonctionnement de votre micro-entreprise

Cela comprend, les frais de déplacement, les coûts liés au matériel, les frais de publicité, les coûts liés à la logistique, les frais fixes comme l’électricité et l’eau, le loyer, le dépôt de garantie, les assurances et les abonnements. À vous de déterminer les différentes dépenses liées à votre activité et de les lister.

Les cotisations sociales et les charges obligatoires

Tous les mois ou tous les trimestres, il vous faudra répondre à vos obligations de cotisations sociales et de charges. Ces cotisations sont dues seulement si vous réalisez un chiffre d’affaires. Pour une meilleure protection sociale, il est vivement conseillé de payer ces cotisations. Le montant des charges sociales est le suivant :

  • 12,8% pour les activités de vente
  • 22% pour les activités de conseil ou de services
  • 22% pour les activités libérales

 

À cela, s’ajoutent les frais de contribution à la formation professionnelle et la taxe pour les frais de chambre consulaire. Généralement, pour les formations professionnelles, on compte 0,1% du chiffre d’affaires pour les commerçants, 0,2% du chiffre d’affaires pour les professionnels libéraux et prestations et service et enfin, 0,3% du chiffre d’affaires pour les artisans.

N’oubliez pas de rajouter la taxe pour frais de chambre consulaire qui représente 0,015% du chiffre d’affaires pour les commerçants dépendant des CCI et environ 0,48% du chiffre d’affaires pour les artisans.

L’ouverture du compte bancaire dédié à la micro-entreprise

Vous aurez 12 mois après la création de votre micro-entreprise pour ouvrir un compte bancaire dédié à l’activité. Vous aurez donc à régler les frais d’ouverture et de gestion du compte bancaire, dont les coûts sont compris entre 9 et 38 euros mensuels.

Tout dépendra des services et produits proposés : les chéquiers, les cartes bleues, les terminaux de paiement. Notez que la loi Pacte prévoit de supprimer cette obligation pour les auto-entrepreneurs ne réalisant pas plus de 5000 euros de chiffre d’affaires annuellement.

Il est important de noter qu’en fonction de votre situation, vous pouvez bénéficier d’aides à la création de votre micro-entreprise.

Ces articles peuvent également vous intéresser